Mon sport, mon équilibre

Il y a des survivants après quasi 3 mois de silence radio ? Pardon, enfin je sais pas. J’aime écrire ici, sauf que je n’aime pas écrire pour rien dire (parler, ça c’est une autre histoire), et j’ai eu la tête un peu ailleurs entre les cours, la vie, tout ça. Mais me voilà !

J’en ai parlé brièvement il y a quelques temps : j’ai décidé de me réinscrire en salle de sport jusqu’à ce que je quitte Lyon (i.e dans 15 jours)(j’y suis depuis début janvier). Mon moi d’il y a 2 ans aurait un rire mi gras mi hautain, et me dirait que franchement, y’a que la course qui compte, et que j’ai qu’à faire des abdos chez moi. Je n’allais dans ma salle de sport que pour courir quand il pleuvait dehors, et pour le cours de pilates. Je jouais la « puriste » (enfin, puriste option flemmasse) : 3 sorties de course à pied, 1 séance de pilates et des abdos à la maison. Ma mère ne disait rien, mais je pense que son grand écart facial, ses jambes de jeune fille et ses abdos en béton étaient sa réponse à mon dédain.

Enfin, je m’en foutais moi.

Sauf que depuis à peu près 1 an, la course n’est plus trop ma copine, et des douleurs à répétition m’ont tenues loin des chemins. Et je ne pouvais pas imaginer que mes articulations me disaient sûrement qu’elles en avaient ras le bol de faire tout le boulot, que j’étais un peu lourde et que les muscles avaient qu’à faire leur part. Alors les mois ont passé, les séances se sont espacées, et franchement, faire du sport seule avec NTC, c’était plus possible.

Pendant l’automne les jours ont raccourci, et ma silhouette s’est élargie (quelle poète !). Du mal à reprendre le rythme toute seule, vive les tablettes de chocolat pour me détendre, parce que c’est plus facile qu’aller me remuer. Tous les jours, je passais devant un club de gym. J’y suis rentrée une première fois, pour voir. Visiter, me faire une idée de la population (mon club marseillais est familial, peu cher et vieillissant, ça me change), regarder le planning et vérifier que les membres sont là pour faire du sport et non se montrer.

Une conversation plus tard avec ma mère, j’allais m’inscrire pour 4 mois.

Capture d’écran 2015-03-24 à 18.11.04

J’aimerais vous dire que tout a tout de suite était parfait, que j’ai tout adoré, mais ce sera trop facile. J’y ai mis les pieds le premier lundi de janvier, pour un cours de pilates. Je suis légèrement contestataire comme fille, et j’ai passé mon temps à comparer mon ancienne prof (parfaite) et la nouvelle (pas parfaite). J’ai voulu courir sur tapis parce que c’était ce que je connaissais le mieux, et j’ai rapidement eu mal aux articulations. Je regardais la piscine avec circonspection et jetais un regard méprisant aux pouf-blonde-hautàpaillettes-basketscompensées-maquilléecommeunevoiturevolée qui erraient dans les couloirs (bon, ça, je continue à le faire – pas bien).

Il m’aura fallu rompre mes habitudes pour m’y plaire. Finalement, la prof de pilates est chouette (et quand tu la voies en brassière, tu votes pour 5h de pilates par jour) et je suis retournée faire des cours de renfo. Mais ce que je préfère entre tout, je l’ai découvert non sans appréhension.

Le RPM. Cours de vélo en musique, je voulais continuer à faire du cardio différemment (avant de remettre les baskets dans quelques temps, je perds pas le nord) et j’ai fini par me joindre à ce groupe de furies qui crient dans le noir avec la musique à fond. Autant vous dire que je pensais préférer un plongeon dans le Rhône en janvier plutôt que de me joindre à ces individus. Peut-être que ça me rappelait mon allergie aux boites de nuit ? Nul ne le sait. Bref, j’ai fini par essayer, et j’aime beaucoup depuis que j’ai compris que ça me permettait de travailler mon cardio et que ça n’allait pas me faire des cuisses monstrueuses. Il faut dire qu’à la fin du premier cours, j’avais perdu mon poids en eau sur le sol et le prof, lui, il fumait telle l’eau des pâtes. Je n’en fais qu’une ou deux fois par semaine, j’appréhende toujours un peu, et puis quand j’y suis, le temps passe vite et je me sens bien.

Capture d’écran 2015-03-24 à 18.10.48

Le Body Pump. Alors ça, c’est la révélation. Je regardais ce cours de loin, effrayée par cette musique très forte, ces gros bras et ces barres de fonte (oui, j’ai souvent peur). J’avais essayé une fois quand j’avais 17 ans, et j’avais eu mal aux genoux pendant 1 semaine. Prudente, j’y suis retournée sans pression, avec de toutes petites charges, juste au cas où finalement, ce serait pas nul. Et j’ai adoré. J’ai adoré les musiques qui me mettent en forme pour la journée, j’ai adoré le mélange du cardio et du renforcement musculaire, j’ai adoré me dépasser. Après mon deuxième cours, j’ai marché comme une mamie pendant 3 jours, mais ça valait le coup. Ce cours me provoque à peu près la même sensation que l’après course : je chantonne, je suis plus zen qu’un yogi et j’ai envie de sauter partout.

Me voilà donc adepte du fitness, qui l’aurait cru. Le nouveau défi va être de réussir à garder ces habitudes après mon retour à Marseille (je vous ai dit que c’était dans moins de 3 semaines ???!). Parce que me sentir vivante, tonique, et solide, c’est une nécessité.

 Et vous, vous faites quoi pour vous sentir mieux ?

 

(PS : Si ça vous intéresse, dans un mois environ je vous parlerai de ma manière de gérer mes angoisses)(sans passer par la case gâteau)

 

2014.

Nous revoilà pour un bilan. J’adore les bilans (c’est une sorte de maxi liste en fait, le bonheur de toute obsessionnelle qui se respecte je crois), mais cette année il est dans mes brouillons depuis 15 jours, la faute au perfectionnisme. Alors je vais appuyer sur publier avant de changer d’avis. Ce ne sera pas un bilan sportif (sinon, je peux direct vous faire un bisou et vous dire à la prochaine), mais un bilan un peu plus général sur cette année 2014, pleine de changements – plutôt positifs.

Image 10

◊ Sur le plan sportif, cette année a été une réelle déception. J’ai commencé l’année avec des douleurs, et j’ai laissé trainé. J’ai passé des mois sans vraiment courir, avec une sortie tous les 10 jours, et du pilates à la pelle. Quand je me suis enfin secouée, on était déjà en septembre (bravo le veau). Semelles, et hop, me voilà repartie. Sauf que c’est pas parfait, j’ai eu un peu mal ces derniers temps et j’ai un peu peur. Je mets ça sur le compte d’une légère fonte musculaire et d’un léger surplus pondéral. S’il est hors de question que je me mette au régime (pour rappel, ici), j’ai prévu d’arrêter de faire n’importe quoi histoire d’à nouveau me sentir bien dans mes baskets.

En 2015 ? Je me suis inscrite au semi-marathon de Marseille, le 15 mars 2015. Je n’aurai aucun objectif de temps, l’idée sera simplement de franchir la ligne d’arrivée en un seul morceau. C’est dans pas si longtemps, et ça va m’aider à me remettre en selle. A côté, je veux passer sous les 1h aux 10k. Je pense que j’en suis capable, il suffit simplement pour cela que je retrouve ma forme et un peu de confiance en rab. Et puis après avoir tergiversé, j’ai fini par m’inscrire pour le 1er trimestre en salle de sport. Le sport toute seule à la maison, c’est pas pour moi (j’y consacrerai peut-être un article dans quelques temps).

◊ A côté, cette année…

J’ai réussi à intégrer l’école que je souhaitais  j’ai déménagé j’ai écouté pendant une heure des musiciens de rue sur la 6th avenue à New York j’ai vu le soleil se lever sur la Grande Muraille de Chine depuis le cockpit d’un avion j’ai découvert les pancakes 50 ans après les gens normaux • mes cheveux ont tellement poussé qu’ils me chatouillent le bas des reins j’ai appris à sauver une boucle d’oreille du siphon de mon lavabo j’ai découvert les joies de l’automne j’ai redécouvert le goût du chocolat et de la pizza • j’ai rencontré plein de nouvelles personnes je me suis mise à aimer la musique classique j’ai appris à ouvrir les bouteilles de champagne et à apprécier un verre de bon vin (huge victory, moi je vous le dis)  j’ai pleuré devant des films émouvants et crié devant les informations.

Image 5

En 2014, j’ai adoré découvrir… la forêt tropicale à Panama, les pyramides de Teotihuacan, traverser en diagonale Central Park à 7h du matin.
En 2014, je suis restée scotchée devant… Breaking bad et Scandal (bon, je regarde toujours One Tree Hill quand ça passe à la télé, je peux pas lutter).
En 2014, j’ai adoré lire Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre (*), La promesse de l’aube de Romain Gary (*), et La vérité sur l’affaire Harry Québert de Joel Dicker (*).

En 2015, pas de bonnes résolutions, parce que moi, ça m’angoisse. Ca finit par m’obséder, me rendre la vie impossible et me sentir malheureuse si je n’y suis pas arrivée. J’aimerais simplement réussir à retrouver de l’énergie, à croire en moi, à prendre des risques et à profiter de la vie sans trop réfléchir. Et me souvenir que je n’ai que 23 (bientôt 24) ans.

Et vous, c’était comment 2014 ?


2015, me voilà.

Un bon bouquin, un thé et un plaid # 09

Oui, je suis vivante. Mais pour être honnête, je suis très occupée et c’est le blog qui est sacrifié. Pourtant, j’aime toujours autant écrire, me passionner pour un sujet, évoquer mes doutes. Enfin, on va essayer d’arranger tout ça.

Me voilà pour vous parler de quelques livres. Je vais être franche, j’ai lu Misery au mois d’aout. Je lisais beaucoup à ce moment là, et je n’avais pas envie de vous noyer sous les bouquins. J’ai donc beaucoup de livres d’avance, je vais essayer de vous en parler progressivement. Et puis, j’espérais encore pouvoir faire une photo, mais mes bouquins sont éparpillés un peu partout.

c44db2912c7babb4377ce3780d501c98Crédit : pinterest

Ces livres-ci, ce sont des page-turners comme ils disent. Ils ne sont pas tous de la même qualité, mais ils ont eu le mérite de m’avoir faire passer un bon moment. Alors voilà ce que je vous propose pour les longues soirées d’hiver, emmitouflés dans un plaid avec un bon thé.

54882277be6e9a3df813b162af5be9a1

Misery, Stephen King

Un de ces 4, il faudra que je regroupe toutes les chroniques parlant de Stephen King… Et celui-ci aussi, il est particulièrement bon. Un auteur à succès, victime d’un accident de voiture, est découvert puis séquestré par une admiratrice psychotique. Cette douce demoiselle (non) veut à tout prix qu’il écrive la suite des aventures de son héroïne préférée.
King raconte avec beaucoup de justesse la folie, la souffrance, mais surtout la déchéance d’un homme dont la vie ne tourne plus qu’autour de la peur de son geôlier, de l’écriture de son roman et de son addiction aux antidouleurs. J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman, j’ai hâte de voir le film dont on m’a dit du bien.

Juste une ombre, Karine Giebel

 Un peu par hasard, j’ai acheté ce roman sur Amazon (vous savez, quand vous avez un truc à acheter et que vous en profitez légèrement, histoire de rentabiliser la livraison)(qui est gratuite). Les critiques étaient bonnes, le roman primé et le thème m’intéressait. L’héroïne, cliché de la working girl antipathique et suffisante, a l’impression d’être suivie, épiée et en danger, sauf que personne ne la croit. Au fur et à mesure, elle s’isole, perd tous ces repères et sa vie part en lambeaux.
Si l’écriture ne m’a pas trop convaincue et que je n’ai pas trop réussi à m’attacher à Cloé, c’est un roman qu’on ne lâche pas. Ces 600 pages-ci se dévorent, mais je vais rester évasive pour ne pas gâcher la fin qui est… surprenante.

♥ Alex, Pierre Lemaitre

Après mon énorme coup de cœur pour Au revoir là-haut, ma mère s’est dit que m’offrir les précédents romans de Lemaitre ne pouvait être qu’une bonne idée. J’ai ainsi découvert qu’avant d’écrire un des romans qui m’a le plus bouleversé, il avait beaucoup écrit de romans policiers. Comme je vous le disais juste avant, j’aime beaucoup être happée par un polar, mais souvent, je suis un peu frustrée par la légèreté de l’intrigue et le manque de profondeur des personnages (sauf à la plage, là c’est parfait entre 2 parties de Badminton). Autant vous dire que ce n’est pas le cas ici.
Alex s’est fait enlevée, a été séquestrée, et a réussi à s’échapper avant que la police ne l’a retrouve. Mais elle n’est pas une victime comme les autres… Lemaitre remonte habilement le fil de son histoire, de sa vie, et nous garde en haleine jusqu’aux dernières lignes.

Robe de mariée, Pierre Lemaitre

Sur sa lancée, ma mère m’a aussi offert celui-ci. J’ai été un peu perturbée au début, mais pour une fois, c’est positif : l’héroine l’est, elle oublie ce qui lui arrive, elle ne sait plus qui elle est, ce dont elle est capable. Si l’effet est réussi, j’ai eu du mal à mettre dans ce roman policier un peu différent.
Sauf que. Sauf que Pierre Lemaitre arrive encore une fois à surprendre. J’ai été choquée plusieurs fois, interloquée par le tour que prenaient les événements (oui, je me suis assise dans mon lit et j’ai marmonné Nooooon ?!)(sinon, je vais bien). Alors cette fois aussi, allez-y les yeux fermés.

Et vous, qu’est-ce que vous lisez en ce moment ?
Quelque chose à me conseiller ?