Tiens-toi droite !

J’ai souvent des sujets qui me trottent dans la tête. Sauf que j’ai l’impression de ne pas avoir assez de matière, que ce n’est pas abouti. Alors je me tais. On va essayer de changer ça, parce que le seul cahier des charges qui vaut ici, c’est celui que je m’impose. Et puis je suis concise, c’est un fait (demandez à mon prof de français de 1ère si vous voulez).

DSC_0633Cette photo n’a rien à voir. Sauf si on est imaginatif et qu’on se dit qu’il faut lever les yeux pour profiter du paysage (à part si on est affalé sur un transat). Enfin, c’était lors de mes jolies vacances, pendant lesquelles j’ai marché la tête haute en maillot deux pièces. Alors voilà.



« Redresse-toi », « Arrête de regarder tes pieds ». Vous ne l’avez jamais entendu ?
Mes parents ne m’ont pas trop ennuyé avec ça, peut-être parce que mes années de danse classique ont limité les dégâts de l’adolescence, du mal être, du corps qui change et qu’on veut camoufler plus que tout au cas où finalement, on serait un peu trop différente et que les autres s’en rendraient compte. Chez moi, les épaules rentrées et le regard rasant sont arrivés après. Ils sont arrivés avec le chagrin, avec le repli sur soi et la peur du lendemain. La peur de vivre, la peur d’affronter l’avenir la tête haute et le regard des autres. Le regard compatissant, le regard concupiscent, le regard insistant. Je ne m’en suis pas vraiment rendu compte. Il aura fallu que la joie de vivre revienne pour que je veuille regarder plus loin que le bout de mes derbies. Il aura fallu que je me réapproprie mon corps et me réconcilie avec mon esprit pour que ça change.

Le fitness m’a musclé le dos (pitié, ne l’oubliez pas : musclez votre chaine postérieure, y’a pas que les abdos dans la vie), et le cercle vertueux s’est installé. Plus facile de se tenir droite, plus facile d’être fière de moi. Dans la rue, et dès que j’y pense, je redresse le menton, je baisse les épaules. Se tenir droite, c’est bon pour le corps. Mais c’est surtout bon pour la tête.

Parce que là encore, comme toujours, esprit et corps marchent ensemble. Se tenir droite ça veut dire qu’on a pas peur. Ca veut dire qu’on est prête à affronter ce qui se présente. Ca veut dire qu’on est fière de ce qu’on est et qu’on assume notre présence et nos choix. On assume le regard de l’autre sans forcément le cautionner. On ne s’excuse plus d’être là, d’être ce qu’on est, d’avoir un corps de femme et de ne pas être transparente.

Se tenir droite, pour moi c’est dire au monde « je suis là, c’est comme ça et je suis prête à affronter mon destin ».

Et vous, vous en pensez quoi ? Ca vous parle ?
Est-ce que votre posture joue sur votre état d’esprit et inversement ?

Brèves # 04

Capture d’écran 2015-07-18 à 16.45.59

♦ Ca y’est, l’été est bien installé! Dans mon Sud, les cigales stridulent, les oiseaux chantent, et le soleil tape. A Marseille depuis début avril, je retrouve avec bonheur l’ambiance estivale dans laquelle j’ai grandi. J’ai failli passer l’été loin de chez moi, et j’avais un petit pincement au cœur. Mais finalement, je crois qu’il faut accepter l’idée que tout est en train de changer. Je sais que je prendrai toujours beaucoup de plaisir à revenir, mais je dois partir me créer de nouveaux étés ailleurs.

♦ Pendant longtemps, j’ai adoré lire les magazines féminins. Un temps abonnée à Glamour puis à Elle, je ne me retrouve plus du tout dans la presse féminine. Ca a longtemps été mon plaisir futile à la plage ou dans les transports, et je suis un peu triste que ça n’en soit plus un. J’ai un temps acheté Vital, mais je trouve ce magazine finalement très creux, répétitif et centré sur l’apparence plutôt que sur le goût de l’effort sportif. Les magazines sont-ils devenus aussi vides que je le ressens ou est-ce que c’est moi ? En attendant, j’ai remplacé tout ça par une très bon livre (j’ai un de ces retards pour les posts lecture, j’ai au moins 10 bouquins lus et dont je ne vous ai pas parlé), ou par les blogs, parce que quoi qu’on en dise, on trouve vraiment des articles de fond, profonds, vrais et spontanés.

♦ Si reprendre la course à pied est un de mes objectifs à long terme, je n’en reviens du bien-être que me procure le fitness. Je vous en ai parlé récemment, alors je ne m’étalerai pas, mais je me sens plus forte et plus confiante depuis que je m’y suis mise. Et je soulève 12 kgs aux squats du pump. C’est peut-etre pas beaucoup pour vous, mais pour moi c’est pas mal ! Au fait, si l’une d’entre vous à un conseil pour ne pas avoir mal aux trapèzes, ça m’intéresse.

♦ En regardant Échappées belles dimanche dernier, les larmes me sont montées aux yeux devant l’immensité du désert namibien. Je n’imagine même pas dans quel état je serai le jour où je foulerai ce sable là (oui, ça arrivera).

♦ En ce moment comme je travaille à Marseille, je teste quelques petits restos et snacks. Si ça vous intéresse, je vous ferai un article avec mes bonnes adresses une fois que ce sera terminé. Il faut dire que durant les 24 dernières années, presque toutes passées à Marseille, je me suis bien gardée de mettre les pieds en centre ville.

♦ J’ai beau vivre au bord de la mer et me ressourcer à sa simple vue, je ne suis pas très portée sports aquatiques. Peut-être la faute à la natation imposée au collège, ou aux plages bondées. Mais le stand up paddle, tout le monde en parle, ça me semblait à la fois cool et sportif. Alors avec une amie, on a loué deux planches un vendredi matin ensoleillé, et on a adoré. On a adoré être seules au milieu de l’eau, loin de la foule (sauvage inside). On a adoré la simplicité de l’activité (je suis tombée une fois, parce que je faisais l’idiote sur un pied pour changer). On a adoré s’allonger pour discuter. On a adoré se retrouver pleine de sel (je me suis sentie un peu surfeuse – activité incompatible avec ma maladresse quasi légendaire). Et puis on est rentrée se faire des pancakes nocciolata/noix de coco râpée. Alors on y est retournées.

♦ Lundi dernier, j’ai eu le plaisir de voir mon dernier article en une sur Hellocoton. J’adore ce site, surtout depuis que je ne lis plus la presse papier. J’y trouve toujours des articles intéressants. Alors m’y voir, ça m’a fait vraiment plaisir, et je crois même que ça m’a redonné envie d’être plus présente ici (comme quoi, quoi qu’on puisse dire, la reconnaissance ça fait un peu plaisir).

Capture d’écran 2015-07-18 à 16.46.22

♦ Récemment, je vous disais sur Twitter que j’avais un panier indécent de produits de beauté. Que j’ai fini par valider. Je suis vraiment ravie de tout ces produits, et je crois qu’un de ces 4 je vous parlerai de ma routine beauté, parce que si je suis pas trop maquillage, j’adore me tartiner de crèmes en tout genre.

♦ J’ai aussi fini par m’offrir en soldes des chaussures pour le sport en salle. Et si, comme moi vous hésitez à le faire et que vous faites vos cours de pump avec des running depuis des mois, profitez des soldes. Je n’en reviens pas de la légèreté des Nike free fit machin chose (faut dire que j’utilisais des Asics nimbus), je sens que je vais soulever 20 kgs au pump dès demain (non).

♦ Je retourne à Lyon en septembre pour 3 mois, et j’ai beau avoir souffert du froid, de la pollution et invoqué le soleil quasi quotidiennement, je crois bien que je suis contente. J’y ai fait de belles rencontres, trouvé de nouvelles habitudes et je suis heureuse de vivre à nouveau cette parenthèse. Et puis, ma salle de sport lyonnaise est bien trop cool.

♦ Je sais que j’ai tendance à ne pas trop aimer la nouveauté, mais suis-je la seule à être sceptique face à l’engouement pour Snapchat ? Pourquoi aurions-nous besoin d’un 218ème réseau social ? Pour moi, ça illustre encore un peu plus la société zapping dans laquelle nous évoluons… Vous avez cédé vous ?

♦ Et puisque j’ai pris l’habitude de vous conseiller un article, en voici plusieurs parce que je ne peux pas vraiment choisir. Ils ne sont plus vraiment très récents, mais ça n’a pas d’importance je crois. Vous pouvez aller lire Camille qui parle des angoissantes nourritures, sujet qui m’interpelle toujours autant. Ou jeter un oeil à cet article de Garance Doré sur la confiance en soi, toujours aussi juste (et celui de Géraldine aussi, qui nous donne ses conseils, puisqu’on y est !). Enfin, aller vous évader chez Charlotte qui revient d’Islande et dont le coup de cœur transparait dans ses mots et ses photos.

A très vite !

 

Lire au soleil #11

Vue la canicule actuelle, j’espère que vous aurez l’occasion d’aller vous poser sur une plage ou au bord d’une piscine. Alors voici quelques poches lus il y a plus ou moins longtemps, et peut-être que le froid qui y règne vous rafraichira un peu !


DSC_0567

Tangente vers l’est, Maëlys de Kerangal

Lu il y a au moins 6 mois, il est à chaque fois passé entre les articles. Je ne sais pas bien pourquoi, parce que j’ai adoré ce petit roman. Touchant, très bien écrit, il raconte le trajet du transsibérien, de ses passagers et du poids que ceux-ci portent. Si bien qu’on entend presque le roulement et le crissement des freins, qu’on respire l’odeur âcre des espaces confinés et surpeuplés. Si je suis très difficile quand il s’agit de romans d’atmosphère, celui-ci est vraiment très réussi.

Sacrifice, Pierre Lemaitre

Bon, j’ai malheureusement découvert sur le tard qu’il était le 3ème roman de la trilogie, mais cela n’a finalement pas eu de conséquences. Une enquête policière menée par un commissaire charismatique et abimé par la vie, qui va vite devenir très personnelle. C’est un roman efficace et agréable à lire, mais filez lire Au revoir là-haut (qui est sorti en poche) si vous souhaitez découvrir cet auteur.

Esprit d’hiver, Laura Kasischke

Comment parler de ce roman ? C’est un thriller psychologique, glaçant, perturbant. Un affrontement entre une mère et sa fille adoptive, sur fond de tempête de neige et de Noël gâché. Je m’attendais à un bon roman psychologique comme sait les faire émerger le prix des lectrices de Elle, mais celui-ci m’a laissée comme deux ronds de flan (oui, je réhabilite les expressions que vous n’aviez pas entendu depuis les gouters pain/chocolat chez mamie). Je crois qu’il faudra que je le relise pour être sûre.

Les apparences, Gillian Flynn

Je sais, je suis en retard sur ce coup. Mais parfois je suis un peu snob, et voir tout le monder en parler, ça m’avait saoulé. Mais comme ma curiosité finit toujours par gagner, j’ai emporté ce roman à Lisbonne. Pour ceux qui vivent dans une grotte, il s’agit de l’histoire de Nick et Amy, couple bien propre et en apparence heureux. Lorsque Amy disparait, les masques vont tomber. J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman, qui m’a surpris jusqu’à la fin. J’ai passé mon temps à changer de camp, à détester Nick, puis Amy, jusqu’au dénouement. J’ai hâte de voir le film, avec Ben Affleck ça ne peut être qu’une réussite !

Alors, qu’est-ce que vous emportez sous le parasol cet été ?